FORÊT D'EBO : LE TEMPS DE L'ACTION

FORÊT D'EBO : LE TEMPS DE L'ACTION

Après les années 1963 et 2006, nous sommes aujourd’hui à un tournant décisif de notre histoire en tant que peuple. Notre riche héritage laissé longtemps à l’abandon, est devenu plus qu’une mine d’or et suscite la convoitise de l’Etat et des organismes internationaux au nom de la conservation de la biodiversité.

CONSERVATION DE LA BIODIVERSITE

C’est un terme auquel il faudrait désormais s’habituer. Car elle est importante pour la survie à long terme des écosystèmes et des espèces animales utiles pour le maintien des équilibres biologiques et humains.

Mais force est de reconnaître que les programmes de conservation de la biodiversité réalisés depuis plus de deux décennies n’ont produit, de manière essentielle et pour les populations locales et autochtones, que frustration, tristesse et désarroi, sentiment d’injustice et d’impuissance, malgré les nombreuses promesses faites au démarrage des projets. Ce d’autant plus que la procédure de classement a donné lieu à un ‘film ou le ou les héros ont l'air de chefs bandits’.

Au-delà de ces irrégularités, et en attendant les recours, Il faut reconnaitre désormais que la gestion de ce riche patrimoine, a pour maître principal l’ETAT, qui devrait associer les populations autochtones que nous sommes. Et cela devrait se faire dans le stricte respect des lois de la république.

La législation prévoit que la concession définitive ne sera signée que dans un délai de 3 ans et ce après approbation du plan d’aménagement du concessionnaire désigné.

QUI PARLE AU NOM DES POPULATIONS ?

Des chefs traditionnels vivant loin de leur terroir? Le député du coin? Les élites politiques et économiques? Sans négliger le rôle primordial que les chefs traditionnels et les hommes politiques jouent;

Il est urgent aujourd’hui de replacer le peuple au centre des préoccupations, avant toute action. Et il nous appartient aujourd’hui au nom de l’intérêt général de dépasser les clivages que nous observons de part et d’autre. Le rôle des chefs traditionnels et des élites politiques est de réunir, d'écouter et de transmettre les doléances et revendications des populations sans exclusives.

UN PROGRAMME COMMUN

C’est fort de cela que nous interpellons les différents protagonistes et le peuple à se réunir autour d’un projet ou programme commun qui consacrera le retour et le développement de nos villages. Ce programme nous l’avons baptisé EXODUS BANEN. Nous n’avons pas la science infuse, mais nous pensons qu’il s’agit d’une base de travail pouvant aboutir à une cohésion autour de notre idéal commun : la préservation de notre riche héritage.

Nous sommes plus que jamais déterminés à agir dans le sens de la cohésion et de la synergie des forces pour offrir une image d’un Munen digne et capable de se transcender. Aussi nous baptisons notre forum EXODUS BANEN qui se veut une force de propositions et d'actions. Mais son champ d’action va largement au-delà des réseaux sociaux.

Pour une fois nous appelons les différents protagonistes à des échanges sincères et courtois. Les insultes et les attaques personnelles n’auront plus de place. C’est aussi le lieu de rappeler que les projets personnels sans être une mauvaise chose en soi, doivent être mis en veilleuse dans le cadre de cette lutte, car ils polluent le débat et sont susceptibles de nous détourner de l’essentiel.

C’est le moment plus que jamais d’agir ensembles, c’est le temps de l’action.

  Associations
Nom Pays
FRANCE
BELGIQUE
FRANCE
FRANCE
FRANCE
BELGIQUE
ESPAGNE
FRANCE
ÉTATS-UNIS
ITALIE
  Pôles
Pôle Responsable
Mr. BOUNECK Jean Pierre
Mme. JOHNSON Madeleine
Mme. VOGT Maria
  News
  Vidéo

La coordination

CAMEROUN : FORÊT D'EBO : LE TEMPS DE L'ACTION

Dr. Ghislain Mouil Sil

Coordonnateur général

CAMEROUN : FORÊT D'EBO : LE TEMPS DE L'ACTION

Madeleine Johnson

commissaire aux comptes

CAMEROUN : FORÊT D'EBO : LE TEMPS DE L'ACTION

Emmanuel Boumsong

Rapporteur

CAMEROUN : FORÊT D'EBO : LE TEMPS DE L'ACTION

Conseil D'administration

Gestionnaire