LES TERRES BANEN NE SONT PAS UN CHAMP DE BATAILLE POLITIQUE

LES TERRES BANEN NE SONT PAS UN CHAMP DE BATAILLE POLITIQUE

Depuis quelques temps j’observe avec peine (je suis sûr que je ne suis pas le seul) la bataille qui est née on ne sait comment autour des terres Banen.

En tant que fils Banen, je peux vous dire que le spectacle est déshonorant. Mes amis passent leur temps à me demander pourquoi nous sommes tant divisés. J’ai des difficultés à répondre, mais ici entre nous, j’ai le droit de dire ce que je pense.

Le non-classement de nos terres dans le domaine privé de l’État doit être notre seule préoccupation et nous devons lutter pour cela. Aux hommes politiques qui s’agitent, mettez vos égos de côté et asseyez- vous pour le bien du peuple.

Je n’ai pas envie de demander à nous le bas peuple de faire le bilan de chacun. On sait qui a fait quoi pour ses frères, qui a ne serait-ce qu’une case au village, ou encore qui s’est souvent soucié de l’avenir. On n’a pas besoin de messie qui naît subitement, mais là n’est pas la question.

J’ai lu certains de nos grands frères s’attaquer sans avoir honte à d’autres comme si eux-mêmes étaient exempts de tout reproche.

Arrêtons cet enfantillage et pour une fois parlons concret, parlons surtout d’une même voix.

J’ai pris le temps de lire ce que revendiquaient les patriarches en 2006, ils avaient pensé qu’il était important de nous faire rentrer sur nos terres. Ainsi, ils avaient étudié la biodiversité et proposé des idées pour une enclave humaine devant côtoyer le parc national proposé à l’époque, sur une durée précise. En langage simple, ils demandaient qu’il y ait des espaces pour les populations, mais aussi que les projets mis sur pied leur soient bénéfiques. En termes d’emplois, de routes et autres.

Leur priorité c’était surtout de permettre à chacun de rentrer à la maison, toucher nos terres que nous regardons à distance depuis 57 ans.

Aujourd’hui, il me semble qu’il y a un groupe qui rejoint cette position contre un autre qui dit non, estimant que nous allons léguer nos terres.

Juste pour préciser que l’UFA dont il est question aujourd’hui a une durée de 30 ans, contrairement à la fausse idée qui est véhiculée pour jeter du discrédit sur un camp ou un autre. Donc il n’est pas question de cession de notre patrimoine.

On se rend compte qu’un camp rejoint cette orientation contre un autre qui dit non à tout.

Mes frères, mes sœurs mes mamans, mes papas, la question c’est que voulons-nous ? Existe-il une alternative ? Si Oui asseyons-nous et parlons.  Parlons surtout pour l’intérêt général.

Je suis Banen libre de mes idées. Je n’appartiens à aucun camp.

  Associations
Nom Pays
FRANCE
BELGIQUE
FRANCE
FRANCE
FRANCE
BELGIQUE
ESPAGNE
FRANCE
ÉTATS-UNIS
ITALIE
  Pôles
Pôle Responsable
Mr. BOUNECK Jean Pierre
Mme. JOHNSON Madeleine
Mme. VOGT Maria
  News
  Vidéo

La coordination

CAMEROUN : LES TERRES BANEN NE SONT PAS UN CHAMP DE BATAILLE POLITIQUE

Dr. Ghislain Mouil Sil

Coordonnateur général

CAMEROUN : LES TERRES BANEN NE SONT PAS UN CHAMP DE BATAILLE POLITIQUE

Madeleine Johnson

commissaire aux comptes

CAMEROUN : LES TERRES BANEN NE SONT PAS UN CHAMP DE BATAILLE POLITIQUE

Emmanuel Boumsong

Rapporteur

CAMEROUN : LES TERRES BANEN NE SONT PAS UN CHAMP DE BATAILLE POLITIQUE

Conseil D'administration

Gestionnaire