Sa Majesté Victor Yetina : Le collectif «Retour aux sources» représente les Banen

Sa Majesté Victor Yetina : Le collectif «Retour aux sources» représente les Banen

Le chef du village Ndik Bassogog dénonce la démarche entreprise par une autre faction se réclamant de parler au nom de cette communauté.

Après la conférence de presse tenue jeudi, 11 juin 2020, une autre rencontre a été organisée samedi 13 juin par une autre faction qui disait parler au nom du peuple Banen. Comment comprendre cette dissonance ?
Il y a un autre groupe qui dit parler au nom des Banen, on ne sait pas pourquoi. De la rencontre que l’honorable Samuel Moth a organisé samedi, 13 juin 2020 à Douala, les gens qui y étaient disent qu’il demande au peuple Banen de négocier un cahier de charge avec l’Etat. Ce qui est inadmissible. On ne peut pas vous déposséder de vos terres et vous voulez négocier pour qu’on ne vous les prenne pas. Le peuple Banen est catégoriquement opposé à une quelconque négociation. Nous demandons une seule chose : que l’Etat arrête son processus de classification de nos terres dans le domaine privé de l’Etat. Que cet avis public pour le classement de 64 835 hectares dans le domaine privé de l’Etat, afin d’en faire une concession d’une trentaine d’unités forestières d’aménagement (Ufa) ne prospère pas.

Qu’est ce qui a été fait jusqu’ici pour réconcilier les deux groupes, afin de parler d’une seule voix ?
Ce groupe qui a organisé la conférence de presse samedi n’existe que seulement depuis samedi. Lorsque les Banen ont été informés de cette démarche de l’Etat visant à s’accaparer nos terres, le président qui représente le groupe « Munen-Retour aux sources » avait contacté les Banen dans leur ensemble, y compris les personnes composant ce groupe dissident, pour aller rencontrer le ministre des Forêts et de la Faune (Minfof). Dès qu’il a obtenu le rendezvous, ceux de cet autre groupe qui avaient préalablement donné leur accord pour aller rencontrer le Minfof se sont désisté, après avoir réussi à obtenir un rendez-vous chez le ministre avant le nôtre. Le jour de notre rendez-vous, début avril, le président du groupe « Munen-Retour aux sources » présente ses arguments au ministre, s’opposant à cette dépossession. Le ministre embarrassé et nous dit qu’il a reçu une délégation (il cite les noms des membres qui la composait) qui était favorable à la démarche de l’Etat tout en demandant plutôt d’accélérer le processus. Il nous a demandé d’aller nous entendre. Et c’est là qu’on comprend qu’il y a deux groupes. Le président du groupe rend par la suite compte aux populations qui se déchainent et ça va dans tous les sens. Nous avions prévu de rencontrer la partie opposée pour discuter avec elle. Ce qui n’a pas encore ou être fait.

Qu’est-ce qui est fait à votre niveau pour que votre démarche auprès du ministre prospère ?
Nous avons inscrit nos actions dans la légalité. C’est pourquoi nous sommes partis du Collectif « Les Banen disent non » à l’association « Retour aux sources ». Les autorités administratives ont reconnu et apprécié cette démarche. Puis, nous avons fait un recours gracieux pour demander au ministre d’arrêter cette démarche. La loi lui donne 90 jours pour répondre. Et s’il ne répond pas, ou si la réponse ne nous est pas favorable, nous allons initier d’autres recours.

  Associations
Nom Pays
FRANCE
BELGIQUE
FRANCE
FRANCE
FRANCE
BELGIQUE
ESPAGNE
FRANCE
ÉTATS-UNIS
ITALIE
  Pôles
Pôle Responsable
Mr. BOUNECK Jean Pierre
Mme. JOHNSON Madeleine
Mme. VOGT Maria
  News
  Vidéo

La coordination

CAMEROUN : Sa Majesté Victor Yetina : Le collectif «Retour aux sources» représente les Banen

Dr. Ghislain Mouil Sil

Coordonnateur général

CAMEROUN : Sa Majesté Victor Yetina : Le collectif «Retour aux sources» représente les Banen

Madeleine Johnson

commissaire aux comptes

CAMEROUN : Sa Majesté Victor Yetina : Le collectif «Retour aux sources» représente les Banen

Emmanuel Boumsong

Rapporteur

CAMEROUN : Sa Majesté Victor Yetina : Le collectif «Retour aux sources» représente les Banen

Conseil D'administration

Gestionnaire