Forêt du Nkam, Mbam et Inoubou, Sanaga Maritime

Forêt du Nkam, Mbam et Inoubou, Sanaga Maritime

La délégation que je conduisais a été reçue en audience ce Mardi 28/04/2020 de 11h à 13h par Monsieur Jules Doret NDONGO, Ministre des Forêts et de la Faune relativement à l'avis d'offre public lancé par son ministère pour le classement dans le domaine privé de l’Etat comme Forêt de production d’une zone de 64 835 ha constituée par la concession forestières 1111, Unité Forestière d’Aménagement(UFA) Numéro 07-006. Cette vaste étendue appelée aussi la FORÊT D’EBO, s’étale dans les Départements du NKAM, du MBAM et INOUBOU et de la SANAGA MARITIME.

Nous sommes allés exprimer notre inquiétude sur les incertitudes liées au fondement juridique, au rôle et aux objectifs de ce projet et Même notre OPPOSITION a celui-ci. Nous avons rappelé au Ministre qu'une procédure certes inachevée d'immatriculation datant de 1965 de cet espace avait été engagée par les riverains. Aussi ,après avoir contesté une démarche similaire en 2006, les populations autochtones s’étaient s’étaient opposées au point de provoquer la rétraction du Gouvernement d’y créer un parc.

C’était le lieu de rappeler que suite aux troubles sociopoliques liés à l’indépendance du Cameroun, le Gouvernement avait demandé aux populations de quitter ces zones en 1963 dans le but d’y éradiquer le terrorisme. Et avait promis d’y recaser les populations une fois la zone pacifiée. Promesse n’ayant jamais été tenue.

Le Professeur James MOUANGUE KOBILA, éminent spécialiste des droits des peuples autochtones et auteur d'un ouvrage sur le sujet ( La protection des minorités et des peuples autochtones au Cameroun) a soutenu que les terres sollicitées par l’État entrent dans la catégorie des terres appartenant aux populations riveraines du fait de l'existence de plantations agricoles de diverses spéculations entretenues de manière permanente par celles-ci, du fait également de la présence des sépultures de leurs dignitaires et du fait enfin de l'existence des espaces sacrés qui constituent les repères culturels pour ces peuples.

Il a par ailleurs ajouté que la déclaration des Nations Unies sur les peuples autochtones du 13 septembre 2006 stipule en ses articles 8,10 ,19 et 32 que l' État prend des mesures pour prévenir toute dépossession en s'assurant de sa réparation; que la dépossession ne peut se faire de force; que toute concertation entre l'État et les peuples doit obtenir leur consentement et que les peuples autochtones ont enfin le droit de définir leurs propres priorités.

Le Ministre nous a indiqué avoir reçu quatre jours plus tôt, une délégation de quelques élites du NKAM constituée d'un haut magistrat fils de la circonscription et du Député en fonction de ce Département venus discuter des possibilités de matérialiser rapidement le projet en cour.

Constatant que les démarches et intérêts sont divergents ainsi que les positions des différents acteurs reçus, le Ministre a recommandé des rapprochements entre les différentes parties afin de parler d'une seule et même voix.

Le Ministre a par ailleurs révélé que des réunions de concertation avec les populations riveraines ont été amorcées par le Préfet du département du NKAM comme le prévoit la procédure. Toutefois, il n'a ni hésité ni manqué d’exprimer son étonnement, en apprenant que certains acteurs majeurs, certains chefs de grandes familles et certaines élites traditionnelles n’ont pas été associées à ce processus.

Il a précisé que le projet en cours consiste en une constitution de réserve permanente et stratégique en une UFA de trente parcelles exploitables. Il n'a pas manqué de reconnaître qu'une opposition des populations ne se reconnaissant pas dans les objectifs et les intérêts pouvait empêcher la procédure en cours puisque l'enjeu majeur doit être l'intérêt des populations et non celui d'une minorité aveuglée par des calculs égoïstes.

La délégation était constituée de représentants du département du Nkam, du Mbam et Inoubou, de la Sanaga Maritime et du Professeur James MOUANGUE KOBILA.

  Associations
Nom Pays
FRANCE
BELGIQUE
FRANCE
FRANCE
FRANCE
BELGIQUE
ESPAGNE
FRANCE
ÉTATS-UNIS
ITALIE
  Pôles
Pôle Responsable
Mr. BOUNECK Jean Pierre
Mme. JOHNSON Madeleine
Mme. VOGT Maria
  News
  Vidéo

La coordination

CAMEROUN : Forêt du Nkam, Mbam et Inoubou, Sanaga Maritime

Dr. Ghislain Mouil Sil

Coordonnateur général

CAMEROUN : Forêt du Nkam, Mbam et Inoubou, Sanaga Maritime

Madeleine Johnson

commissaire aux comptes

CAMEROUN : Forêt du Nkam, Mbam et Inoubou, Sanaga Maritime

Emmanuel Boumsong

Rapporteur

CAMEROUN : Forêt du Nkam, Mbam et Inoubou, Sanaga Maritime

Conseil D'administration

Gestionnaire