RENFORCEMENT DE LA LUTTE CONTRE LE COVID-19 DANS L’ARRONDISSEMENT DE NITOUKOU

RENFORCEMENT DE LA LUTTE CONTRE LE COVID-19 DANS L’ARRONDISSEMENT DE NITOUKOU

Le Covid-19, un coronavirus de type nouveau, en est aujourd’hui à la phase d’une pandémie avec près de 650.000 personnes déjà contaminées et plus de 30.000 morts dans 175 pays à travers le monde. Bien que l’épicentre après une accalmie en Asie du Sud-Est se trouve aujourd’hui dans le monde occidental (Europe centrale et Etats-Unis), il est dorénavant une réalité dans nos pays d’Afrique avec selon les derniers chiffres officiels 99 cas déjà répertoriés au Cameroun dont 2 décès.

Des mesures fortes ont été prises par le gouvernement camerounais pour freiner la propagation du virus. D’autre part, des actions à saluer ont été menées par la mairie de Nitoukou dans ce sens. Il est néanmoins important de souligner la nécessité d’agir davantage pour les raisons suivantes :

  • La vulnérabilité particulière des populations de notre arrondissement qui tient essentiellement des trois points suivants :
    • Manque d’information et sociologie de nos populations qui entravent la prise de conscience ;
    • Difficultés à mettre des mesures de prévention et de confinement efficaces en place dans cette zone rurale ;
    • Impossibilité de prendre les malades potentiels en charge dû au plateau technique et ressources humaines défaillants ainsi que l’indigence des populations.
  • La nécessité d’effectuer un travail de fond afin d’identifier les actions les plus efficaces et ainsi mieux orienter l’aide qui viendrait d’un élan de solidarité comme celui de l’élite du Mbam par exemple ou alors de l’Etat.

Objectifs

L’objectif principal de cette initiative tient à élaborer et implémenter un plan d’action en complément des mesures prises par l’exécutif communal et en collaboration avec l’ADENI et toutes les forces vives de Nitoukou pour assurer un degré de contamination zéro dans notre arrondissement.
Les objectifs spécifiques se déclinent de manière descendante selon leur priorité:

  • Communication et sensibilisation des populations sur la gravité de cette maladie et la nécessité d’adopter de nouvelles habitudes pour y faire face
  • Renforcement du dispositif pour assurer le respect des mesures d’hygiène
  • Contrôle du flux de voyageurs et leur confinement si besoin est
  • Veiller au respect des mesures de distanciation sociale surtout dans les foyers potentiels de propagation : marché, obsèques, rencontres familiales, tontines, youme, lieux de loisir, …
  • Prise en charge des malades révélés

Cette priorisation est guidée par une analyse selon les critères d’urgence, faisabilité et d’impact tel qu’illustrée dans le diagramme suivant. Il en ressort que la prise en charge présente l’urgence la moins élevée, est particulièrement difficile à réaliser et son impact est également le plus faible en cette période où l’accent doit consister à endiguer la propagation de la maladie qui serait fatidique.
Nous précisons ici que la base de nos estimations tient de l’extrapolation des chiffres de votants inscrits lors des dernières élections législatives et municipales. De ce fait, nous considérons près de 5000 âmes.

3. Communication

Face au COVID-19 et partant de l’état des lieux, nous convenons que 85% de la réussite de ce projet repose sur la communication ayant pour objectif majeur la contamination zéro dans l’arrondissement de Nitoukou. Ainsi, nous avons opté pour un encombrement communicationnel et retenu par conséquent les actions suivantes :

  1. Les affiches (soit une moyenne de 25 par village) qui renseignent sur les mesures de protection, les symptômes de la maladie et la conduite à tenir en cas de suspicion ;
  2. Les banderoles double-face (04) informant que le COVID-19 est une réalité que nous devons combattre ensemble. Une banderole sera à la limite entre l’arrondissement de Ndikinimeki et celui de Nitoukou, une autre au poste de contrôle de la gendarmerie, une autre au centre de Nitoukou et une dernière à la sortie Etong (dernière maison) ;
  3. Un partenariat avec le propriétaire de la sonorisation au centre de Nitoukou pour une diffusion en boucle à la fréquence d’une heure de « la minute COVID-19 à Nitoukou » qui est un message préenregistré en français et en Tunen ;
  4. Des agents de sensibilisation (05) équipés de mégaphones et propriétaires de motos, ils vont parcourir (sur la base d’un plan de tournée préalablement établi et qui leur sera remis chaque dimanche) les différents quartiers tôt le matin (5h-6h30) et le soir (19h30-21h) afin de sensibiliser les populations pour qu’elles adhèrent totalement à ce combat et deviennent des acteurs majeurs ;
  5. Chaque fois qu’il y aura un évènement qui suscite un regroupement de plus de 10 personnes, une sensibilisation de circonstance sera assurée par un de nos agents.

Les fréquences de passage des agents (14 en tout) se déclinent comme suit :

  • 1ère semaine : 3 fois (Dimanche, Mardi, Vendredi) le matin et le soir
  • 2ème semaine : 2 fois (Dimanche, Mercredi) le matin et le soir
  • 3ème et 4ème semaines : Dimanche matin et soir

Les secteurs sont répartis de la manière suivante afin d’assurer un quadrillage efficient de notre arrondissement:

  • Secteur 1 : Ndema, Ndikibil, Neboya, Nitoukou
  • Secteur 2 : Nekom 1, Nekom 2, Etong-Ilobi, Ndekeyap
  • Secteur 3 : Bonaboukegny, Mafouth, Thoubill, Nikoung
  • Secteur 4: Nebassel, Nigouloubel, Ekondjepolo, Nebalongmak
  • Secteur 5 : Ndogsongden, Ikobi, Ihouk, Ndougbissoung

Les critères de choix des agents sont la connaissance de la zone qui leur est assignée, la possession ou l’accès à une moto et la disponibilité les jours et heures de diffusion du message et occasionnellement dans le cadre d’évènements exceptionnels. Ils seront formés par notre équipe en étroite collaboration avec les infirmiers des CSI ainsi que l’exécutif communal.

4. Mesures d’hygiène

Un des moyens les plus efficaces pour éviter la transmission de la maladie reste le respect des mesures élémentaires d’hygiène. Dans ce sillage nous dénotons les actions suivantes :

  • Se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon car le coronavirus a la particularité d’avoir une membrane protectrice qui peut être détruite sans avoir recours à un désinfectant. Des dispositifs avec des futs à robinet ainsi que du savon liquide seront disposés à des endroits publics (02 à peu près par village selon leur densité). Il est recommandé d’utiliser les savons solides avec beaucoup de précaution à la maison car il peut contenir des traces de personnes infectées.
  • Approvisionner les centres de santé ainsi que les agents de sensibilisation et les forces de sécurité en gants, casaques de protection et masques car ils sont les plus exposés pendant les contrôles et le suivi des malades.
  • Le gel hydro-alcoolique n’est nécessaire qu’en absence d’eau et de savon ainsi que dans les centres de santé. Il ne sera de ce fait pas distribué à tous et réservé aux CSI ainsi qu’aux services publics (mairie, gendarmerie et sous-préfecture) et pour les circonstances d’évènement public préalablement approuvés par le Sous-Préfet. Il est à noter que le gel hydro-alcoolique sera fabriqué de manière artisanale par les jeunes de Nitoukou d’une part pour réduire les couts et d’autre part pour marquer le caractère participatif de ce projet.
  • Les masques seront distribués au prorata auprès des chefs de villages et/ou de quartiers afin de servir essentiellement dans les évènements regroupant plus de 5 personnes.

5. Contrôle du flux

Partant du fait que la maladie sera transportée par les voyageurs venant des villes ou des villages voisins, il est important de poster nos forces de sécurité aux frontières de notre arrondissement afin d’analyser quantitativement et qualitativement le flux de populations. Un contrôle de température au travers d’un thermo-flash permettra d’identifier des malades potentiels. Ceux-ci devraient être mis en quarantaine ou encore renvoyés à Yaoundé pour un dépistage éventuel.

Les 6 thermo-flashs devraient être répartis comme suit :

  • CSI Nitoukou
  • CSI Nikoung
  • Entrée Nitoukou – en provenance de Ndikinimeki
  • Hikwe hi tusinit – Cercle de réflexion et d’action pour le développement holistique de Nitoukou

    • Entrée Etong – en provenance de Nefante
    • Mairie de Nitoukou
    • Appareil mobile

Il est clair que la période d’incubation de cette maladie va sur 14 jours et elle est transmissible même par une personne ne présentant pas les symptômes. Il est donc recommandable de confiner ces nouveaux arrivants dans la mesure du possible ou appliquer des mesures de distanciation sociale particulièrement drastiques. L’implémentation de ces mesures se fera en collaboration avec le commandant de gendarmerie, l’exécutif communal et l’autorité administrative.

6. Distanciation sociale

Le confinement étant pratiquement non-applicable dans notre arrondissement au regard des soucis primaires de logistique et des habitudes sociales, la distanciation sociale apparait comme étant une alternative efficace. Elle doit être pratiquée principalement dans les foyers les plus importants :

  • Marché
  • Obsèques et autres rencontres familiales
  • Youme
  • Lieux de loisir : bars, dancing, restaurants, …

Les rencontres regroupant plus de 10 personnes doivent être évitées dans la mesure du possible. Pour celles qui doivent absolument se tenir, il est indispensable de les signaler afin que nos agents puissent s’y rendre et procéder à la sensibilisation évoquée plus haut. Le respect de la distance de 1m à 1,5m doit être de rigueur. D’autre part, les chefs de village et/ou de quartier devraient procéder à la distribution de masques en cette circonstance. Il va falloir être particulièrement parcimonieux dans leur usage.

7. Dépistage et prise en charge

Le MINSANTE est seul habileté à distribuer les tests de dépistage. De ce fait, un dépistage sur place est pratiquement impossible à moins que les tests soient importés et le personnel formé. Tous les cas suspects doivent être répertoriés, mis en quarantaine et acheminés vers Yaoundé pour des tests fiables.
Il est tout de même envisageable d’étudier la piste d’approvisionnement de notre localité en hydroxy-chloroquine qui s’est avérée être efficace dans sa capacité à réduire la charge virale en deçà du seuil de détection.

Ces actions sont dépendantes des prescriptions du MINSANTE et de l’évolution de la situation dans notre pays. De ce fait, elles ne devraient être abordées qu’ultérieurement en fonction de la dynamique.

8. Coûts et suivi

La période initiale d’implémentation s’étend sur 30 jours avec la possibilité d’étendre et d’ajuster selon l’évolution de la situation sur le terrain. Le suivi de l’action sera assuré par l’exécutif communal avec notre expert, Dr. Eric Bouhel, l’infirmier du CSI de Nitoukou, les membres de Hikwe

Hi Tusinit ainsi que d’autres personnes volontaires. Le démarrage de l’implémentation doit être fixé au plus tard au premier week-end d’Avril 2020.
Les coûts de cette action sont détaillés dans le tableau ci-après. Ils présentent une estimation globale non encore exhaustive et qui va évoluer de manière dynamique selon les besoins. La collecte des fonds se fera auprès de Bertrand Blaise Bakondoken avec deux échéances (04 Avril et 11 Avril 2020) et les références ci-après, l’allocation des sommes perçues étant envisagée selon la priorisation étayée plus haut :

  • OM : 695001343
  • MoMo : 677566961
  • Diaspora : Moneygram ou Western Union avec le nom du trésorier résidant à Douala

  Associations
Nom Pays
FRANCE
BELGIQUE
FRANCE
FRANCE
FRANCE
BELGIQUE
ESPAGNE
FRANCE
ÉTATS-UNIS
ITALIE
  Pôles
Pôle Responsable
Mr. BOUNECK Jean Pierre
Mme. JOHNSON Madeleine
Mme. VOGT Maria
  News
  Vidéo

La coordination

CAMEROUN : RENFORCEMENT DE LA LUTTE CONTRE LE COVID-19 DANS L’ARRONDISSEMENT DE NITOUKOU

Dr. Ghislain Mouil Sil

Coordonnateur général

CAMEROUN : RENFORCEMENT DE LA LUTTE CONTRE LE COVID-19 DANS L’ARRONDISSEMENT DE NITOUKOU

Madeleine Johnson

commissaire aux comptes

CAMEROUN : RENFORCEMENT DE LA LUTTE CONTRE LE COVID-19 DANS L’ARRONDISSEMENT DE NITOUKOU

Emmanuel Boumsong

Rapporteur

CAMEROUN : RENFORCEMENT DE LA LUTTE CONTRE LE COVID-19 DANS L’ARRONDISSEMENT DE NITOUKOU

Conseil D'administration

Gestionnaire